La montagne à vélo, ça se gagne

voyages

Vous partez en vacances à la montagne cet été ? Voici quelques conseils pratiques pour vous aider à préparer vos virées vélo et à partir à l’assaut des montagnes dans les meilleures conditions.

Routes en vallées, cols, pistes à dévaler, chemins et sentiers aménagés… La montagne en été se découvre aussi en roulant !


Quand on parle de vacances à la montagne, on pense d’abord aux sports d’hiver et à ses multiples disciplines comme le ski, le snowboard, raquettes à neige, ski de fond ou de randonnée. Pourtant la montagne en été offre un extraordinaire espace de liberté et de découverte que ce soit à pied ou à vélo. Alpes, Pyrénées, Jura, Auvergne… la montagne c’est un air pur, une nature somptueuse, des paysages à couper le souffle avec des points de vue grandioses.

En mode contemplatif ou sportif, le vélo en montagne est une activité à faire notamment en vacances. De nombreuses voies vertes et itinéraires s’offrent à vous. Faites le plein d’images et de sensations ! Ce n’est pas un hasard si la montagne est l’une des premières destinations des français en été.


Il y en a pour toute la famille !

cloud image

Balades à bicyclette ponctuées de découvertes culturelles, randonnées familiales ou sorties plus sportives, il existe des boucles et des parcours de tout niveau. Les remontées mécaniques des stations s’ouvrent même aux amateurs de descente et de freeride, deux disciplines très tendances.

Que vous soyez un rouleur, un sprinter ou un grimpeur, lancez-vous à l’assaut des cols et des montées de légende du Tour de France comme le Col du Galibier, de l’Izoard, du Tourmalet, le mont Ventoux, etc.


Allez-y en douceur…

Ne vous élancez pas directement sur une sortie d’une journée ou sur une boucle avec un dénivelé positif de 900m. Testez-vous avant sur une distance d’environ 10 km. Allez-y progressivement. Pédaler en montagne demande un minimum de condition physique. Vous quittez le plancher des vaches. Le parcours n’est pas plat de bout en bout avec de grandes lignes droites. Un cycliste non entraîné peut s’essouffler rapidement, avoir les jambes qui se tétanisent ou encore des crampes. Heureusement, les vélos à assistance électrique existent et rendent les sorties montagnardes accessibles à tous. Ils permettent d’aller plus loin et plus vite ! Vélo électrique ou pas, soyez progressif dans l’effort et restez à l’écoute de votre corps.


Adoptez les bons comportements

  • Préparez votre sortie. Évaluez les distances, la durée, les difficultés N’hésitez pas à prendre conseils auprès de l’office du tourisme, du bureau des guides et des accompagnateurs. Ils vous aideront à choisir un itinéraire à vos mesures ainsi qu’à celles de vos enfants.
  • Restez conscient de vos capacités et de vos limites. Ne vous lancez pas dans des sorties ambitieuses. Soyez conscients de vos capacités et de vos limites. Très souvent, ce sont les personnes qui se surestiment qui entraînent le groupe à commettre une erreur. Apprenez à lire les cartes. Évaluez les distances, la durée, les difficultés (altitude, dénivelé, nature des milieux traversés…).
  • Renseignez-vous aussi sur la météo pour la journée. Vous devez connaitre le temps qu’il va faire, le risque de pluie ou d’orage. En montagne, le temps est capricieux. Il change très rapidement et les températures chutent dès que le soleil se cache. Un nuage qui passe une crête, peut entraîner des conditions climatiques exécrables. L’horizon caché par les sommets, nous empêche d’anticiper sur l’arrivée du mauvais temps. Et en été, les orages ne sont pas toujours prévus. Les tempêtes de neige encore moins, pourtant elles peuvent exister. La météo donne une tendance, mais n’indique ni le lieu exact ni l’heure. Alors, restez prudents et prémunissez-vous contre tous changements météorologiques soudains.
  • Si vous partez seul, prévenez une personne de votre itinéraire et de l’heure approximative de votre retour.
  • Partez bien équipé. Portez une tenue dans laquelle vous vous sentez à l’aise. Misez sur des matières techniques légères qui évacuent un maximum la transpiration et qui sèchent rapidement. Évitez le coton dans lequel on transpire beaucoup, qui ne sèche pas et qui colle. Vous risquez d’attraper froid dès que vous ralentissez le rythme ou que vous vous arrêtez. Il en va de même pour les chaussettes. Pensez au coupe-vent ainsi qu’à une polaire légère. Le temps peut changer brutalement. N’oubliez pas de protéger vos yeux, à vélo.
  • Prévoyez deux bidons d’eau de 750ml et/ou d’une boisson énergétique isotonique. Vous éviterez ainsi de vous déshydrater. Comme vous le savez, l'hydratation à vélo, c'est primordial !
  • Glissez dans une poche barre énergétique, une pâte de fruits ou d’amande, des fruits secs contre les fringales et autre coup de pompe.
  • Ne prenez pas la route le ventre vide. Adaptez votre alimentation en fonction de vos sorties. Sinon, au bout d’une heure, vous serez obligé de vous arrêter pour manger quelque chose. Buvez également suffisamment. Ce n’est pas parce que vous vous hydratez correctement avant de partir que vous allez devoir vous arrêter au bout de quelques kilomètres pour une envie de faire pipi. Quand on pédale, on élimine…
  • Sachez vous adapter, modifier votre parcours ou faire demi-tour.
  • Gardez-en sous le pied. Fatigué, c’est généralement dans la dernière ligne droite, que l’on relâche l’attention.
  • En cas de coup de chaleur, asseyez-vous à l’ombre contre un arbre et arrosez-vous ou humidifiez-vous la tête, le front, le cou, et la nuque, à l’aide d’un linge humide grâce à l’eau de la gourde. Appelez les secours.
  • De retour veillez à bien récupérer. Buvez une eau riche en minéraux pour combler les pertes hydriques. Refaites les stocks en protéines et en glucides pour aider les muscles à se régénérer.


Clarisse Nénard

clarissenenard.com

PartagezPartagez