Le vélo contre le blues hivernal

bien-être

Moral dans les chaussettes, grosse fatigue, perte d’intérêt… Et si vous pédaliez pour lutter et prévenir le blues hivernal ?

Vous connaissez les bienfaits de l’exercice pour tonifier les muscles, la silhouette, le cœur, l’amélioration de la circulation sanguine… Saviez-vous que faire du vélo joue également un rôle important sur votre humeur ? Qu’il aide à prévenir et à lutter contre les coups de blues ?


Pédaler stimule la sécrétion de trois hormones…

  • Les endorphines, la fameuse hormone du bonheur, dont la structure moléculaire est proche de celle de la morphine ou des opiacés. Elles atténuent la douleur, réduisent le stress, l’anxiété, et procurent une sensation d’euphorie et de sommeil.
  • La dopamine, l’hormone du plaisir, diminue la sensation de fatigue. Elle joue également un rôle dans les émotions, les sentiments et les envies (sexe, alimentation, etc.).
  • La sérotonine est aussi impliquée dans le fonctionnement psychologique et comportemental de l’être humain, en particulier dans la régulation de l’humeur. Avec la dopamine, elle est chargée de donner la pêche.

Ainsi, dès que vous recevez une décharge de l’un ou de l’autre de ces petits messagers chimiques de votre système nerveux central, vous ressentez une sensation de bien-être, d’extase… Quand on sait que le vélo augmente leur taux de manière significative pendant et après l’entraînement, pourquoi s’en priver ? Attention à ne pas devenir accro. N’oubliez pas, plus vous vous entraînez, plus vous tolérez l’effort. Et pour que vous vous sentiez bien, il faudra que vous en fassiez de plus en plus…


Gare au surentraînement !

Sachez que selon de nombreuses expériences menées par des chercheurs en médecine du sport, la réduction de la déprime serait effective en pratiquant une activité physique modérée.

Et plus la personne est régulière, à raison de deux ou trois fois par semaine, moins elle est sujette à être le « caliméro » de la vie. En roulant vous vous aérez la tête !


À vélo, il y a une notion de liberté. Vous respirez. Vous vous baladez. Vous vous évadez. Vous prenez du recul et positivez. En pleine nature, les balades à vélo font du bien au moral. Elles rendent plus positif, et donc moins enclin à la rumination et à la morosité. Bref, c’est que du bonheur !


Clarisse Nénard

clarissenenard.com


PartagezPartagez