Rando/Voyages à vélo : Préparez votre sacoche de secours !

voyages

Que ce soit pour une randonnée ou un voyage à vélo, une trousse de secours pour les premiers soins peut s’avérer très utile. Pas question de partir à l’aventure sans prévoir le nécessaire en cas de bobos. Voici comment bien l’équiper.

Grande ou petite randonnée, cyclotourisme, cyclo-camping, apprenez à faire une trousse de premiers secours lors de vos balades à vélo.


Une trousse de secours pourquoi faire ?

Aucun cycliste n’est à l’abri ! Coup de soleil, insolation, piqûre d’insecte, allergie, démangeaison, ampoule, écorchure, coupure, hématome, entorse suite à une glissade… cela arrive à tout le monde. Pour poursuivre votre « ride » dans les meilleures conditions mieux vaut avoir un minimum de pharmacie dans son sac à dos ou sa sacoche. Elle fait partie des 12 étapes pour bien préparer son voyage à vélo et de la check-list de matériel.


Le B.A.-BA. du kit de premiers secours.

Aux pansements de protection pour les ampoules, aux petits sachets de glucose en cas d’hypoglycémie, au paracétamol comme antalgique, à l’ibuprofène pour un effet anti-inflammatoire non stéroïdien… il convient d’ajouter quelques bons réflexes pour agir avant, pendant et après l’effort.

  • Douleurs traumatiques, d’inflammations, d’ecchymoses, de contusions, de foulures, d’entorses : du froid sous forme de spray ou de patchs. Le froid abaisse la température de la peau, provoquant une vasoconstriction, ralentissant ainsi le flux sanguin. Non seulement le gonflement ou l’œdème diminue, mais la production des enzymes responsables de l’inflammation ainsi que la conduction nerveuse s’en trouvent freinées.
  • Pour les lombalgies, les courbatures, les contractions ou encore lors de douleurs chroniques musculaires et articulaires… du chaud. En augmentant la température des tissus, vous créez une vasodilatation des vaisseaux sanguins. La circulation sanguine s’en trouve activée, les échanges ioniques favorisés, et les cellules mieux régénérées. La thermothérapie améliore le relâchement musculaire et l’élasticité des tissus.
  • Coups de soleil et brûlures : une émulsion cutanée calmante utilisée dans le traitement des brûlures, des plaies superficielles non infectées et des rougeurs ;
  • Piqûre d’insectes ou de végétaux : une pommade apaisante, calmant les démangeaisons d’intensités variables ;
  • Ampoules : des pansements prédécoupés de différentes tailles et formes du genre « seconde peau » ;
  • Douleurs et fièvres : du paracétamol ou de l’ibuprofène ;
  • Poussière ou autres dans les yeux, écorchure, etc. : un sérum physiologique en dosette pour laver ;cloud image
  • Une plaie souillée : un désinfectant incolore + compresses stériles ;
  • Protégez une écorchure, et autres coupures avec des compresses stériles de petit et grand format ;
  • Soutenez le pansement avec une bande adhésive élastique et collante ;
  • Une coupure, plaie franche désinfectée : des petites bandelettes de sparadrap microporeux collantes pour resserrer les bords ;
  • En cas de choc ou de coup : une crème à l’arnica et un tube d’arnica en granules,
  • Saignements de nez : un coagulant ;
  • Entorse, luxation, déchirure musculaire : une bande de crêpe velpeau permet de comprimer légèrement la zone lésée ;
  • Maux de ventre, diarrhées, vomissements : ultra-levure et un antispasmodique contre les contractions anormales et douloureuses de l'intestin, des voies biliaires, etc. ;
  • Une aiguille ou une pince à épiler pour enlever une écharde ;
  • Une paire de ciseaux pour couper les compresses, bandes, ou les vêtements ;
  • En cas infections, un antibiotique à large spectre est nécessaire si vous partez plusieurs jours.
  • Pour éviter l’hypothermie, une couverture de survie peut vous sauver la vie.


N’oubliez pas vos médicaments habituels et personnels.

Si vous avez par exemple des allergies, de l’asthme, du diabète, des problèmes de tension, etc. Quels que soient vos besoins, emmenez les produits que vous connaissez et que vous utilisez. N’expérimentez pas sur le terrain. Avant de partir, demandez conseil à votre médecin.

Piochez quelques éléments dans votre pharmacie


L’homéopathie lorsque l’on pratique le vélo ne se limite pas à l’Arnica 9CH comme antibleu ou antidouleur lors de courbatures. Il y a aussi d’autres granules en cas :

  • D’échauffement cutané Apis Mellifica 5CH, lorsque la peau est rouge Belladonna 5CH, une fois l’ampoule formée Cantharis 15CH avec une application locale de Calendula TM dilué ;
  • De crampes musculaires : Cuprum Metallicum 5CH ;
  • De contractures : Magnesia Phosphoria 7CH ;
  • De raideurs articulaires : Rhus Toxicodendron Ruta ;
  • D’entorse de la cheville : Arnica 9CH, Apis Mellifica 5CH en cas d’oedème, et Hamamelis pour drainer ;
  • De tendinopathie : Rhus Toxicodendron 9CH lorsqu’il y a une atteinte ligamentaire, Ruta Graveolens 5CH en cas de périoste touché, Kalium Bichromicum 5CH quand il y a une douleur aiguë en un point précis, Bryonia 7CH lorsqu’elle est soulagée par le repos et aggravée par le mouvement.


L’aromathérapie peut s’avérer également efficace contre les courbatures, échauffer les muscles, assouplir les articulations quand on roule longtemps à vélo.

  • Gaulthérie (couchée ou odorante) pour son effet anti-inflammatoire et décontracturant. Sa molécule principale étant un dérivé de l’aspirine, elle est contre-indiquée si vous êtes hémophile ou sous anticoagulant.
  • Eucalyptus citronné est un très bon antidouleur, principalement grâce à ses propriétés anti-inflammatoires.
  • Hélychrise italienne est très efficace en cas de coup, d’œdème, de bleu, de bosse, de fracture, ou encore de tendinite.
  • Menthe Poivrée pour son effet froid
  • Romarin Camphré pour chauffer.


Si vous partez pour la journée, emportez une trousse de secours plus légère. Enlevez tous les soins qui peuvent attendre votre retour.

Pédalez tranquille !


Clarisse Nénard

clarissenenard.com

PartagezPartagez