FILTRES

Affinez vos contenus en les filtrant selon le thème de votre choix

Modifier les filtres

Le vélo, c’est bon pour mon ado !

    Le vélo, c’est bon pour mon ado !

    11 août 2022

    Le passage de l’enfance à l’âge adulte provoque de nombreux changements : physiologiques, physiques et psychologiques. Rien de tel que le vélo pour que cette période de transition se passe en douceur.

    Face au déclin de l’activité physique des jeunes, les mobilités à vélo représentent un enjeu considérable sur le plan sanitaire. Il faut dire que les chiffres sont alarmants ! Selon une étude, datée de novembre 2020, menée par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), deux tiers des 11-17 ans dépassent les deux seuils sanitaires, à savoir : 2 heures passées assis ou allongés devant un écran (hors temps scolaire) et moins de 60 minutes d’activité́ physique par jour. Le constat est sans appel, bien que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux adolescents d’accumuler au moins 1 heure par jour d’activité physique d’intensité modérée à soutenue.

    Les écrans une bombe sanitaire

    Cette sédentarité n’est pas sans conséquence pour la santé. Elle double le risque d’obésité, de maladies cardiovasculaires, de diabète, de certains cancers, ainsi que des états anxieux et de dépression. Aujourd’hui, avec l’obésité infantile, il est de plus en plus fréquent de voir des jeunes atteints de diabète de type 2, pathologie autrefois réservée aux adultes en surpoids et âgés d’une soixantaine d’années.

    Si l’entrée au lycée entraîne un décrochage de l’activité physique, d’après une enquête de l’Irmes (L’institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport), l’une des causes expliquant ce manque d’activité des jeunes est la « révolution électronique ». Jeux vidéos, cours en ligne, réseaux sociaux… les écrans composent la vie de nos jeunes. Selon l’Onaps (Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité), 73% des élèves dépassent la limite de 2h d’écran par jour en semaine. Ce chiffre passe à 93% le week-end, dont la moitié y consacre au moins 6h.

    On comprend pourquoi aujourd’hui, plus que jamais, le vélo a un vrai rôle à jouer dans cette lutte contre la sédentarité des jeunes.

    Le vélo essentiel au pic de croissance

    Les joies et les bienfaits de la petite reine ne sont plus à démontrer. Nous le savons depuis longtemps, la pratique du vélo est un facteur important dans le bon développement général des enfants dès leur plus jeune âge. Le “bagage” des acquisitions motrices assimilé dans les périodes précédentes est d’autant plus important qu’il se poursuit à l’adolescence.

    Le vélo renforce leur fragilité osseuse. Entre 12 et 13 ans, les ados subissent une croissance intense. Les membres s’allongent, le schéma corporel se modifie. Résultat, la résistance vertébrale et articulaire s’affaiblit. D’où l’importance de pratiquer un sport porté et doux comme le vélo. À chaque fois qu’ils donnent un coup de pédale, ils provoquent une action musculaire qui sollicitent les points d’attache osseux, stimulant la formation nouvelle d’os. Grace à une pratique régulière, l’os gagne 1 à 2% de densité, renforçant de 20% la capacité de résistance à un choc. Il renforce ses muscles et gagne en masse musculaire.

    Le vélo réajuste leurs gestes. Quand on grandit très vite, on connait aussi une phase de gestes maladroits et patauds. On ne se sent pas toujours très à l’aise. Le vélo aide l’ado à se familiariser avec, à apprendre à le connaître, à le maitriser, et donc à réajuster un certain nombre de mouvements et d’automatismes.

    Le vélo indispensable au développement de l’estime de soi

    À partir de 14-15 ans, tout rentre dans l’ordre au niveau psychomoteur. Les facultés deviennent équivalentes à celles des adultes. C’est alors que la personnalité́ prime sur les capacités physiques. Cette période de transition bouleverse les équilibres psychologiques et physiologiques jusqu’alors constitués pendant l’enfance.  Elle met à jour une nouvelle identité que l’adolescent doit s’approprier. Les filles sont généralement complexées par l’augmentation du volume de la poitrine, l’arrivée des règles et l’élargissement des hanches. Les garçons voient, quant à eux, leur musculature se développer, leur voix muer…  « Cette transformation » est d’autant plus difficile à accepter que l’on prête plus attention au regard des autres car on veut plaire, se faire accepter. Difficile de chasser les incertitudes et prendre de l’assurance quand on se compare aux autres et que l’on essaie parfois de combler un manque de confiance en soi au travers des regards.

    Le vélo est incontestablement un facteur positif dans l’épanouissement des adolescents. Lorsque l’on pratique une activité physique, on apprend à se connaître et à connaître son corps. On prend aussi conscience de ce dont on est capable. Les jeunes vont donc pouvoir intégrer leur nouveau corps sexué et s’autonomiser par rapport aux parents.

    Un adolescent qui fait du vélo est un adolescent heureux !

    En enfourchant régulièrement sa bicyclette, il atténue les effets néfastes du « temps écran » sur la santé. Il s’offre une meilleure condition physique, une meilleure santé osseuse, une meilleure fonction cognitive, une meilleure qualité de vie. Au lieu de mouliner dans l’optique de perdre ou de gagner du poids, il pédale pour le plaisir, le sentiment de bien-être et de liberté.

    Ajoutons aussi que faire du vélo offre en plus de nombreuses occasions de se sociabiliser, notamment en adhérant à un club et en faisant des sorties en groupe. Il se fixe des buts. Il se lance des challenges.Il se dépasse continuellement. Rien de tel pour s’accepter et se forger une personnalité. Sans compter que le sport est une belle école d’humilité.

    Si certains adolescents ont conscience que la pratique du vélo est importante pour eux, à nous, adultes, parents… de montrer l’exemple à ceux qui préfèrent rester sur le canapé scotchés à leur écran. En revanche, une pression trop importante peut être contre-productive.

    On a tout à gagner à donner le goût du vélo à nos ados !

    Clarisse Nénard

    clarissenenard.com

    Nos prochains évènements tout voir

    Ambérieu-en-Bugey

    08 octobre 2022 8:30

    Vélo de route

    1 participant

    30km

    Aire de covoiturage d’Ambérieu , 01500, Ambérieu-en-Bugey

    Malissard

    08 octobre 2022 9:00

    Vélo de route

    4 participants

    22 km

    Rue de l'Église, 26120, Malissard

    Sermaise

    08 octobre 2022 14:00

    VTT avec ou sans AE

    9 participants

    18km

    Place de la Mairie, 91530, Sermaise

    Paris

    08 octobre 2022 9:00

    Tout type de vélo

    28 participants

    20km

    Place Baudoyer, Académie du Climat, 75004, Paris