Portrait du mois : Nicolas

Pour inaugurer notre nouvelle rubrique « Portrait de la semaine », nous commençons par vous présenter Nicolas : un passionné de cyclisme et grand fan de l’équipe AG2R LA MONDIALE, avec qui nous avons apprécié collaborer lors du Rassemblement organisé le 6 mai à Soissons, à l’occasion des journées solidaires !

Retrouvez sans attendre son portrait !

Quand avez-vous commencé le vélo ?

Curieusement, j’ai commencé tardivement.  Mon père était pourtant président d’une équipe professionnelle dans les années 80 (équipe Wolber) !  Je garde certainement de cette période la passion du vélo.  Ce sont les exploits de l’équipe AG2R LA MONDIALE qui m’ont remis en selle !
Il y a maintenant 5 ou 6 ans que je pratique. J’en fais de plus en plus d’ailleurs.

Quel vélo possédez-vous ?

Je me suis fait plaisir l’an dernier en achetant un B’Twin tout en carbone.
J’adore le bruit du carbone et du contact des pneus sur le bitume, sa nervosité et son look.

A quelles occasions faites-vous du vélo ?

Dès que j’en ai la possibilité : les vacances, le dimanche matin quand le temps le permet sinon, c’est home trainer !

Avec qui faites-vous du vélo (famille, amis, club, seul,…) ?

Je roule seul. C’est plus difficile mais j’aime pédaler au mental.
Je ne suis pas contre trouver un co-équipier, dans l’idéal, un coach pour progresser !
Si Romain Bardet est libre ou si Clément Chevrier revient en Picardie parfois…

Qu’est-ce que le vélo représente pour vous ?

C’est un besoin moral et physique. Le meilleur moyen de me vider la tête et de me sentir bien dans mon corps.
J’ai la chance de vivre dans une très belle région (Soissons, Hauts-de-France) et le vélo me permet d’admirer la nature.

Si vous étiez un vélo, lequel serez-vous ?

Un Factor ! Oui, toujours avec l’équipe AG2R LA MONDIALE !

Est-ce que votre vélo a un petit nom ?

Pas du tout ! Quand je le présente, je dis « voilà mon très beau vélo » !

Et pour finir, avez-vous une petite astuce vélo santé en vélo à livrer à nos lecteurs?

Quand je ne suis pas en forme et que je me sens incapable d’affronter la moindre grimpette ou de faire 100 kilomètres, je « mouline » pour faire de l’exercice sans effort et me concentrer sur le plaisir d’être au soleil, d’admirer le paysage,…. 1 heure suffit pour se sentir mieux.

A très vite pour un nouveau portrait !