Vélo à assistance électrique, on s’y met !

En ville, à la campagne, à la montagne… le vélo à assistance électrique est très tendance, et cela que l’on ait 14 ou 84 ans.

Sur un VAE, on pédale !

Le vélo à assistance électrique n’est pas un cyclomoteur. Si vous pédalez différemment que sur un vélo classique, vous pédalez tout de même. Certes, au premier coup de pédale, les capteurs déclenchent l’assistance électrique. Mais le moteur se coupe dès que vous arrêtez de pédaler, lorsque vous freinez ou que vous atteignez les 25 km/h.

Sur un VAE, on module son effort

En fonction de vos besoins et envies, vous choisissez le niveau d’assistance électrique (faible, moyenne ou forte). Ainsi, vous vous déplacez en ville sans mouiller votre chemise. Vent de face, dans les côtes, en montagne… pédaler ne veut plus dire s’épuiser. Il suffit de déclencher l’assistance électrique pour se sentir pousser des ailes. Vous roulez en toute quiétude.

Sur un VAE, on retrouve le plaisir de bouger

Grâce aux différents niveaux d’assistance, vous dosez votre effort. Le VAE vous permet donc de renouer avec les joies de la petite reine et donc avec l’activité physique. Au fur et à mesure des sorties, vous gagnez en tonicité musculaire et en endurance. Sans forcer, vous pédalez plus longtemps et plus loin. Tout en élargissant votre horizon, vous profitez de la balade. Vous vous aérez la tête, évacuez le stress… vous vous sentez bien, libre et heureux.

Sur un VAE, on améliore sa santé

Sport porté, le vélo fait travailler les articulations sans souffrir. Encore mieux, le vélo à assistance électrique amoindrit la force exercée notamment au niveau des genoux. Comment ? En évitant une intensité trop importante dans le pédalage. Que vous ayez des douleurs articulaires, de l’arthrose, de l’hypertension, un surpoids, un handicap partiel…  remettez-vous en selle. Même si l’on pédale autrement que sur un vélo classique, le VAE est une véritable plus-value pour la santé.

Clarisse Nénard

clarissenenard.com